samedi 15 juin 2013

La politique dans mon quartier

Il ne t'aura pas échappé, lecteur bien informé, que nous sommes à moins d'un an des élections municipales. Personnellement, je ne vote pas à Paris mais j'y habite en semaine et, dès lors, suis très attentive à la politique de mon quartier. En outre, je vis dans un arrondissement charnière, de ceux qui feront parait-il le prochain maire de Paris : le XIIème arrondissement.

Le maire actuel, Michèle Blumenthal, est une dame très bien, que j'ai croisée à chaque manifestation auxquelles j'ai participé, ce qui prouve qu'elle se motive pour des causes nobles, n'est-ce pas ? Je l'ai également aperçue à la gare de Toulon mais ça, c'est juste parce que elle est moi prenons le train plutôt que l'avion. Elle a fait du bon boulot pour l'arrondissement (et c'est une centriste qui le dit !). La rumeur veut qu'elle s'accroche à son siège, d'autant qu'une autre rumeur nous annonce un énième parachutage de l'UMP. Cette accrochage s'expliquerait par une dernière rumeur qui prétend que le maire actuel, forte de sa légitimité, serait la seule à pouvoir battre Nathalie Kosciusko-Morizet si elle se présentait ici. Voilà pour les rumeurs.

Or, Michèle Blumenthal a quasiment le même âge et sans doute la même enfance difficile que ma mère. Il me semble qu'elle a mérité de prendre sa retraite, d'autant qu'elle en a largement dépassé l'âge légal. Je ne crois pas, contrairement aux rumeurs susmentionnées, que faire campagne à plus de 70 ans dans un arrondissement avec beaucoup de familles très bobos, soit un facteur de réussite. Le fiasco annoncé de la réforme des rythmes scolaires n'aidera pas à la faire réélire. Et même dans l'électorat plus populaire, on cherchera un maire plus dynamique, qui donne l'impression de pouvoir faire bouger les choses.

De la même façon, je ne suis pas certaine que si Nathalie Kosciusko-Morizet se présentait par ici, elle soit accueillie avec des brava et des hourra. L'habitant du XIIème arrondissement en a un peu assez qu'on ne le connaisse que parce qu'on l'a traversé en roller et, malgré les efforts de Charles Beigbeder pour faire des petites passages sporadiques, on se souvient plus de lui pour son comptage des cortèges des manifestations anti-mariage pour tous que pour ses visites éclair au marché d'Aligre. Son site personnel sur le XIIème n'a d'ailleurs pas été mis à jour depuis la fin de la campagne aux législatives.   

Si les partis m'écoutaient, ils investiraient des militants engagés dans l'arrondissement depuis des années, des gens qui nous connaissent et que l'on connaît. Des jeunes qui ont envie de se retrousser les manches.

J'ai trois noms pour eux.
Un par parti.
Je vous invite à les suivre sur twitter et sur leur blog.
Pour vous permettre de faire des comparaisons, je vous mets le lien vers les articles qu'ils ont écrit sur la réforme des rythmes scolaires, qui - comme vous l'aurez noté, lecteurs assidus - est un peu ma marotte. Les voici, par ordre alphabétique.


Pour le PS, Catherine Baratti-Elbaz. Je connais Catherine depuis des années mais, jusqu'à il y a peu, elle ne savait pas que Doudette et moi ne faisions qu'un, la magie de l'anonymat. Nous avons siégé dans les mêmes conseils d'école, où Catherine représentait la mairie, à la fois ouverte à nos remarques de parents d'élèves inquiets et ferme sur les positions municipales. Catherine connaît parfaitement bien l'arrondissement, qu'elle arpente le jour et (parfois) la nuit. Bon, après, elle est socialiste mais nul n'est parfait...



Pour l'UMP, Alexandre Bouchy. Je n'ai jamais rencontré Alexandre mais nous avons beaucoup échangé sur les réseaux sociaux. Alexandre a su implanter l'UMP localement, a organisé des réunions, est allé à la rencontre des habitants et ça, tu vois, c'est déjà un exploit. Il a fait la campagne de Nathalie Kosciusko-Morizet pour la primaire de l'UMP à Paris et s'est dans la foulée déclaré candidat à la candidature à la mairie d'arrondissement. Il n'est pas impossible qu'on lui impose un candidat déçu à la primaire, voire Nathalie Kosciusko-Morizet elle-même. Ce serait, je le crains, le pire qui puisse arriver. L'arrondissement n'élira jamais un Frank Margain ou Charles Begbeider, qui se sont aliénés la droite libérale et progressiste, très présente dans nos contrées de l'Est parisien boboïsant, avec leurs positions contre le mariage pour tous.



Pour l'UDI, Benoit Pernin. Je n'ai jamais rencontré Benoit mais je connais et apprécie plusieurs des membres de son équipe. Benoit est un hériter. Son père et son grand-père furent maire de l'arrondissement. Il le connaît parfaitement et y est bien implanté. Il n'a pas ménagé ses efforts au cours des derniers mois pour comprendre les besoins des habitants et rencontrer les acteurs sociaux locaux en organisant, de façon systématique et régulière, des réunions sur des sujets spécifiques. Reste à savoir si l'UDI saura se lancer seule dans la bataille dans municipales ou fera alliance avec l'UMP dès le premier tour.

  • blog et pas d'article sur les rythmes scolaires parce que, en l'absence de champ de recherche lexicale, il est impossible de trouver quoi que ce soit sur son blog (et ça fait dix minutes que j'y suis).
  • Twitter : @benoitpernin


Je vous encourage à suivre ces trois profils. Humainement, chacun d'entre eux a la fibre politique au sens noble du terme, voulant améliorer la vie de l'arrondissement et de ceux qui y vivent. Ils se décarcassent, tels des Ducros de la politique, s'investissement à fond dans la vie locale et, contrairement aux parachutistes dotés du don d'ubiquité politique, eux sont capables de situer la rue et le boulevard de Picpus sur une carte, de même que la rue et le boulevard de Reuilly. Et ce n'est pas la moindre de leurs qualités.

5 commentaires:

  1. Merci ! Et quand tu veux pour un verre de l'amitié au "Baron Rouge".

    RépondreSupprimer
  2. C'est bien de s'intéresser aux élections locales, mais je ne peux pas m'empêcher de penser qu'avoir un pays prospère (qui pourrait enfin redistribuer, y compris localement) est encore mieux...

    RépondreSupprimer
  3. "Si les partis m'écoutaient, ils investiraient des militants engagés dans l'arrondissement depuis des années, des gens qui nous connaissent et que l'on connaît. Des jeunes qui ont envie de se retrousser les manches."
    Ben, il ne vous reste qu'à vous présenter vous-même aux élections, Doudette!
    On vote Doudette!
    ( Pour le reste on est pas du XIIème...!)
    Grande sagesse du grand-père!

    Jean-Michel

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle ne pense qu'aux jeunes ...et les jeunes retraités, compétents, expérimentés et disponibles, il faut y penser, Doudette!

      (J'en suis de cette génération..)

      Yvette B.

      Supprimer
  4. Très bonne observation et je sais de quoi je parle ! par contre si j'ai bien compris, il n'y a que pour les municipales que tu votes ailleurs ?

    RépondreSupprimer