samedi 12 janvier 2013

Les juristes sont de mauvais parents


Ce matin, j'ai changé de radio. France Inter était en grève. J'ai donc zappé au hasard de la bande FM. 

Je suis tombée sur une émission genre psycho-sociologique sur l'éducation des enfants. L'éducation des enfants, c'est un peu mon dada, tu le sais lecteur. Du coup, je suis restée. Et au bout de deux minutes, j'ai réalisé que c'était une émission sur les enfants de juristes. 

T'imagines le truc ? Une émission qui parle de moi ! 

Comment grandissent les enfants élevés par des juristes ? 

Question du journaliste à l'un des invités : est-ce que lorsqu'on a des parents magistrats, on n'est plus respectueux de la loi ? Est-ce que le fils de l'avocat devient un délinquant ? 

Réponse de l'invité (un genre de psychotruc à la Aldo Naouri) : les juristes ne sont pas de bons référents pour les enfants. Comme l'enfant se construit en réaction à ses parents, l'enfant de juriste a tendance à se forger une personnalité sur ce critère unique : la norme juridique, ce qu'il faut et ne faut pas faire. Conclusion de l'intervenant : les enfants de juristes ne sont pas capables de se construire et de devenir des adultes heureux, parce qu'ils sont trop dans l'abstraction et pas assez dans le sentiment. En outre, les enfants de juristes deviennent psycho-rigides à force de se positionner par rapport à des règles rigides. Deux possibilités. Soit l'enfant se soumet à l'adolescence mais dans ce cas il peut devenir asocial, voire complètement introverti. Soit l'enfant se rebelle et dans ce cas, les risques que l'adolescent brave les interdits, avec risque de mise en danger physique, n'est pas exclu. Bref, rien de bien glorieux.

T'imagine ce que j'ai ressenti quand on m'a ainsi prédit l'avenir de mes enfants !? 

J'étais effondrée. 

Donc mes enfants seront des dégénérés. Quoi que je fasse. Même si je m'applique bien. Même si le Doudou s'applique bien. 

Pourtant, je les élève bien mes enfants, je fais tout comme il faut. J'ai lu les Dolto mère et fille et Laurence Pernoux. J'ai écouté Edwige Antier à la radio et regardé Aldo Naouri à la télé. C'est dire si je fais tout comme il faut. Mais voilà. C'est écrit dans le marbre. Les parents juristes, c'est pas bon pour les enfants. Le Monsieur de la radio l'a dit. Le parent juriste, c'est un seul référent unique pour l'enfant, le parent normatif, celui qui sanctionne, qui raconte la loi. Le parent juriste, c'est pas le parent nourricier. Du coup, la construction de l'enfant est bancale. Comment voulez-vous que l'enfant devienne un adulte bien comme il faut ?

Ça m'a brisé le coeur d'entendre ainsi dire, par un gars qui a autorité, que - du seul fait de ce que je suis, juriste, et de ce que le Doudou est, juriste aussi - nos enfants ne sauront pas être des gens bien. C'est horriblement douloureux de voir ce que je suis être remis en cause. Pourtant, je ne suis pas que juriste, je suis plein d'autres choses aussi, qui font de moi un être unique, de même que le Doudou est bien plus qu'un juriste. Et pourtant, le gars l'a dit : le seul fait d'être juriste fait de nous de mauvais parents. Le reste est accessoire. Nos personnalités, notre entourage peuvent aider un peu, corriger les excès. Mais il faut se rendre à l'évidence : nous sommes des parents inaptes à bien élever nos enfants.

Le choc passé, les larmes essuyées, j'ai été très en colère. En colère qu'on puisse ainsi juger mes facultés de parent sans me connaître. En colère qu'on puisse ainsi me résumer à mon seul métier. En colère qu'on puisse croire que les non-juristes élèvent mieux leurs enfants que nous. 

Bien sûr qu'on n'est pas que juriste, qu'on n'est pas fait d'un seul bloc, ce serait trop facile ! 

Si je me raisonne, je sais que je suis bonne mère. Non pas que mes enfants ne finiront pas névrosés. Je suis lucide. Ils seront certainement aussi tarés que leur mère.... mais, s'ils sont tarés, ce n'est pas parce que je suis juriste mais parce que comme tous les parents, je vais leur coller mes névroses, mes angoisses, mes peurs, mes lubies et mes marottes. Comme tous les parents avec tous les enfants. Ça n'existe pas un parent parfait.  

Du coup, c'est absurde ce truc du parent juriste !


A peu près aussi absurde que de croire que les parents homosexuels sont de facto de mauvais parents, non ? 

(et non il n'y avait pas d'émission de radio, juste de la jolie musique sur France Inter. J'ai juste tenté de comprendre ce que ressentaient les parents homosexuels depuis plusieurs semaines en l'appliquant à mon propre cas. Je me suis donc projetée. C'est de la fiction. Remplacer le mot "juriste" par celui qui vous convient et essayez... )

38 commentaires:

  1. Je ne sais pas si les enfants de juristes se construisent uniquement avec pour référent la norme juridique. La seule chose que je sais c'est que je n'aime pas justement quand mes enfants disent est-ce que j'ai le droit de... Ce n'est pas une question d'avoir le droit ou pas. Je préfère qu'ils réfléchissent un peu avant de poser la question et qu'ils pensent plutôt en termes de bien/mal, par exemple, que permis/interdit.

    Pour la chute, je dirai que la question n'est pas de savoir si les couples de personnes de même sexe font de mauvais éducateurs mais s'ils peuvent être des parents au sens plein du terme. La réponse me semble négative : ils peuvent être de bons éducateurs, aimer les enfants etc. mais être parent c'est autre chose au plan juridique, symbolique, généalogique et social. Ce n'est pas une question d'amour ou de capacité éducative.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai juste tenté de me mettre à leur place deux minutes, vu ce qu'ils ont entendu dans les médias depuis quelques semaines... et si je transpose (et encore transposer à un métier, cela reste un "understatement"), je réalise comme certains discours ont du être ressenti comme des violences.

      Supprimer
    2. Je trouve cela un peu paradoxal que d'un côté vous disiez préférer que vos enfants réfléchissent en termes de bien/mal mais que pour la question de savoir si les couples de personnes de même sexe peuvent être parents au sens plein du terme, vous réfléchissez au plan juridique (!), symbolique, généalogique et social. Pourquoi ne pourrait-on pas ici aussi penser en termes de bien/mal et de facto se demander que sont des "bons" parents? La qualification de "bon" père ou "bonne" mère se détermine à mes yeux par leur qualité éducative et affective plus que par un statut juridique ou social...

      Supprimer
  2. Mes enfants ont deux parents profs et formateurs. J'ai essayé de transposer aussi. C'est violent oui. Tu sais Doudette,je crois que ce qui se passe en ce moment c'est beaucoup de violences. Moi,tu sais que je suis catho mais il n'y a qu'un Verbe que j'entends du Christ c'est le verbe aimer, alors je rêve de paix et d'amour pour tous parce que ce que j'ai entendu de tous les côtés, ça fait souvent plus de mal que de bien. Sauf que ça paraît un peu mièvre mon histoire d'aimer et ça n'a pas l'air d'être dans l'air du temps. Tant pis, je suis du genre têtue alors je continue à y croire. Et je m'occupe de tout le reste autour parce que tu as vu, y a quand même pas mal de sujets ailleurs qui fâchent et qui sont importants. Bon dimanche :-) et tiens, des bisous.

    RépondreSupprimer
  3. Je me disais bien aussi que j'avais entendu la même émission avec des infirmiers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle passe souvent chez qui sait un peu se projeter ^^

      Supprimer
  4. Oliver Luke / IWHBTL12 janvier 2013 23:17

    Je trouve que ce texte est très interessant, j'ai compris ce que pouvait ressentir une personne homosexuelle.
    Quel talent dans l'écriture! ;)

    RépondreSupprimer
  5. @Doudette : et finalement, juriste, c'est inné ou acquis ?

    Plus sérieusement je ne crois pas que personne ose prétendre qu'une homosexuelle ne ferait pas une bonne mère, ni qu'un homosexuel ne ferait pas un bon père. Mais deux mères ne font pas un père...

    Et du coup ta "parabole" tombe totalement à plat par rapport au discours anti-mariage homo : "père ou mère ce n'est pas interchangeable"... Au contraire, j'allais dire : les homosexuels sont justement des hommes et des femmes comme les autres. L'homosexualité ne rend pas magiquement les femmes aptes à remplacer l'absence absolue, le gommage total (puisque c'est de cela qu'il s'agit en adoption plénière) d'un père.

    @Corine : Peut-on vraiment aimer en mentant ? pas un petit mensonge de rien, non, on parle là du vrai mensonge de fond, celui qui donne peut-être l'illusion de faire du bien sur le moment... mais qui réserve à l'autre la plus violente de toutes les blessures pour après, la blessure de l'être. Aime-t-on vraiment ainsi ?

    J'ai entendu jeudi une émission de radio sur les enfants issus de soldats allemands pendant la guerre, qui n'ont eu accès à leurs origines que très récemment (internet, toussa). Ces enfants sont maintenant des personnes assez âgées ; leur blessure semblait néanmoins immense et béante. Et retrouver ce père pourtant totalement absent semblait pour eux un besoin existentiel immense. A méditer avant de créer délibérément de nouvelles blessures.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas une parabole mais un ressenti. On ne parle pas d'homosexuels qui pourraient être parents et ne devraient pas l'être pour telle et telle raison. On parle de gens qui sont parents et auxquels ont dit qu'ils ne devraient pas l'être. Or, ils le sont. C'est comme ça. C'est un fait. Et ils écoutent la radio. Leurs enfants aussi. Leur parents aussi.

      Supprimer
  6. Je n'ai pas dit "Parents". Personne parmi les opposants au mariage homosexuel ne dit "parents" comme s'il existait un concept indifférencié de parents interchangeables. Et ça change tout justement. Alors si tu écoutes la radio, qu'on te dit qu'il manque un père (ce qui est un fait) et que tu traduis les choses sous la forme "ce sont de mauvais parents", est-ce vraiment la faute de la radio ?

    A moins que tu veuilles dire que dans une famille homoparentale, le sujet soit tellement à fleur de peau et qu'ils aient des problèmes de compréhension ? alors que faire ? ne jamais parler de rien ?

    Et à vrai dire (même si c'est à un niveau moindre) j'ai déjà entendu des psychotrucs dire que telle ou telle chose que je faisais en termes d'éducation était abominable. Ca ne m'a jamais ému le moins du monde.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas que nous puissions jamais trouver un terrain d'entente. Restons en là.

      Supprimer
    2. Ceux qui manifestent contre le mariage pour tous devraient aussi - si on suit cette logique - manifester contre le divorce. Et contre le fait qu'un des deux parents meurt généralement avant l'autre (sauf accident). Stop aux familles monoparentales, dans lesquelles il manque un père ou une mère. Stop à la mort.

      Supprimer
    3. Sérieusement ? Quand les parents divorcent, les enfants n'ont brutalement plus de père/mère ? Un des grands copains de mon fils est orphelin de père et de mère (perdus coup sur coup alors qu'il avait 4 et 5 ans), il est élevé par une de ses grand-mères et je peux vous assurer que, 9 ans après, ils n'ont pas disparu de son horizon !

      Supprimer
  7. Il me semble que les enfants les moins aidés par la profession/personnalité de leurs parents soient les enfants de psychologues. :]

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et quand on est soit même juriste et fille de psy on fait comment?

      Supprimer
    2. soi même..pardon

      Supprimer
  8. Très joli texte qui a le mérite de faire réfléchir un peu au lieu d'être du prêt à penser. Un conseil de blogueuse: ne pas nourrir les trolls. ;-)

    RépondreSupprimer
  9. J'adore! Je le lis, le relis, l'ai lu à voix haute pour mes parents! Adopté ton texte! <3

    RépondreSupprimer
  10. En vous lisant, je repensais à la blague "Hitler voulait anéantir les juifs et les cyclistes"...la première question de l'auditeur étant généralement: et pourquoi les cyclistes? et la réponse étant : et pourquoi les juifs?!...
    bref pas franchement de rapport avec le sujet en creux de votre texte, sauf le procédé!
    Bonne semaine!
    Sarah

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Bonne semaine à vous également.

      Supprimer
  11. Merci pour ce texte! Si vous souhaitez lire des témoignages d'homoparents voire même apporter votre soutien en écrivant un témoignage de sympathisante, je vous conseille vivement ce blog:
    http://lesenfantsarcenciel.wordpress.com/
    Bonne continuation!

    RépondreSupprimer
  12. Donc si je résume tous les psychotrucs même ceux en qui on a confiance finissent par nous décevoir. Douloureusement. Eux aussi se vautrent dans le poncif, les idées toutes faites, l'amalgame.

    RépondreSupprimer
  13. Attention, hein, Edwige Antier et Aldo Naouri sont de dangereux pontifiants vendeurs de noeuds coulants suicidiques pour parents,à peu près comme l'expert(e) qui pontifiait sur la bande FM. On ne dirait jamais à quels dangers peut exposer une grève à France Inter...

    RépondreSupprimer
  14. J'adore, j'adore, j'adore!! Génial!

    RépondreSupprimer
  15. J'ai passé tout ton article à essayer de comprendre comment des parents juristes pouvaient être de mauvais parents, pour ne comprendre qu'à la lecture de ta chute. Et j'ai compris à quel point ça pouvait être douloureux pour les homos tout ce qu'ils peuvent subir en ce moment.
    Et pourtant, je suis en partie concernée... Même si j'ai la "chance" d'être en couple hétéro, qui sait, peut-être que dans 10ans, je serai avec une femme... Sauf qu'à 40ans, la problématique des enfants ne se posera plus...

    Je termine mon monologue, mais merci pour la nouvelle réflexion, et la nouvelle pierre que tu apportes à mes argumentaires...

    RépondreSupprimer
  16. Ce qui m'a le plus fait rire dans cet article (très bon au passage) c'est que j'ai eu des parents juristes.
    Et que je paye des psys à cause d'eux; ben oui, le magistrat, la flic qui voit les pires choses du monde, quand ils élèvent leurs gosses, c'est en voyant un violeur à chaque coin de rue, un traître/assassin potentiel/mari violent dans chaque petit copain...

    Bref, faire lire vos dossiers à vos enfants pour leur apprendre la vie n'est pas l'idée du siècle, à part pour les traumatiser et les rendre parano

    RépondreSupprimer
  17. En plus, t'es juriste en home-office. Je crois qu'ils ont leur dose de "sentiments" tes enfants, tu vois. Pfff.

    RépondreSupprimer
  18. L'argumentaire parait convainquant dans un premier temps.
    Puis on essaie, comme tu le suggères, de remplacer juriste par autre chose. Policier, pompier, sous-marinier, ingénieur, gardien de prison, etc. et je ne peux que m'efforcer de voir que ça parait injuste et violent.

    Puis, on essaie de remplacer par des qualificatifs moins charmants. Bagnard, cocaïnomane, gangster, dealer. Et là, on voit que, ben si, les parents drogués, violents ou en prison font probablement de mauvais parents.

    C'est donc qu'on ne peut pas remplacer juriste par n'importe quoi. Ah.
    Donc j'ai cherché un peu l'erreur de raisonnement, et j'hésite entre :
    1 - "anecdotal" http://yourlogicalfallacyis.com/anecdotal
    2 - "strawman" http://yourlogicalfallacyis.com/strawman
    3 - "appeal to emotion" http://yourlogicalfallacyis.com/appeal-to-emotion
    4 - "composition / divition" http://yourlogicalfallacyis.com/composition-division

    à la réflexion, ton argument est fallacieux pour cette dernière raison. "Appeal to emotion" est tentant, mais je suppose quand même que les lecteurs sont raisonnables. En revanche, la description donnée correspond :

    "Often when something is true for the part it does also apply to the whole, or vice versa, but the crucial difference is whether there exists good evidence to show that this is the case. Because we observe consistencies in things, our thinking can become biased so that we presume consistency to exist where it does not."

    Conclusion : je ne suis pas convaincu par cet argumentaire. Tu peux surement faire bien mieux.

    RépondreSupprimer
  19. Ce qui n'est pas crédible c'est que c'est Laurence Pernoud et pas Laurence Pernoux ;-)

    Pour le reste, excellent !

    RépondreSupprimer
  20. Avocats enfants ne sont pas toujours offenced. Maintenant, le temps a changé et les avocats ne sont pas à chaque fois apsent de là à la maison. La partie principale est que maintenant vous pouvez poser question a un juriste à un avocat sur ​​Internet et avocat peut répondre de la maison.

    RépondreSupprimer